Coup de chaleur

Demain dès l’aube, à l’heure
Où la pluie tombe sur le monde
Je ne verserai pas de larmes
Elle sera là ou elle ne sera pas
Je n’ai jamais cru que l’on puisse
Encore m’attendre ou m’attendrir
Les heures vagabondes iront courir
Seules dans ce néant si béant
J’irai sans voir, sans encore savoir
Le cœur pressé, l’âme empressée
La plume fragile, l’ode docile
Quel vide inconnu viendra encore
Me chanter le soir son air connu
Me mener sur des terres lointaines
Où les jours ne ressemblent pas
Aux voisins qui les parrainent
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s