Mon école idéale…

Parfois je me mets à rêver, j’imagine une école primaire idéale !

L’école de la vie contre l’école de la théorie !! Je rêve d’une école où les enfants arrivent à neuf heures, où le premier mois est consacré à de petits jeux pour connaître le fonctionnement et la personnalité de chacun, pour savoir travailler en binôme ou en classe entière. Puis les mois suivants les jeux seraient là pour prendre confiance individuellement et collectivement, pour acquérir de l’autonomie, pour utiliser au mieux ses sens, pour apprendre à observer et écouter, pour se débarrasser du négatif (bavardage, inattention, agressivité, égoïsme), pour aller dans la ville et dans la nature découvrir le monde. Une école sans pression, sans attente, sans programme : tranquillement.

refondement-ecole2-copie-1

Un allègement du programme permettrait de laisser une grande place aux activités transversales nécessaires : musique, écologie, civisme, théâtre, arts plastiques, jeux de réflexion, sports, jardinage, méditation, lecture. Nous sommes dans une société où il faut tout… tout de suite ! Ré-apprenons la lenteur !!
Un programme light avec bien sûr la mise en place des fondamentaux mais dans la détente, le respect mutuel, en écoutant le rythme de chacun, en allant toujours dans la bienveillance et pour cela il faut du temps et non des programmes scolaires obèses ! Un temps aussi pour expliquer aux parents le soutien qu’ils peuvent offrir.

Un enseignement qui respire

Une école où les notes, les évaluations, les punitions ne seraient plus nécessaires. Une pratique laissant la place à des jeux tour à tour rempli d’insouciance et de liberté puis exigeant une rigueur, une prévoyance, un calcul, de la réflexion, un apprentissage des règles. Un enseignement qui permettrait l’expression de sa parole et de ses émotions, de motiver l’enfant à être présent, vraiment présent !

graine-de-cancre-2014-09-22-16-19-26

Pourquoi cette école n’existera pas de sitôt dans le public ? Parce que le gouvernement est intelligent. Il tient à sa place. Il ne désire pas des enfants bien dans leurs pompes, vifs, débrouillards, critiques, intelligents, autonomes. Il veut des esclaves du système, des adultes qui consomment et votent sans penser.

 

Publicités

29 commentaires

  1. Je ne peux qu’adhérer à cette idée…
    Mon fils est entré en grande section de maternelle et j’ai déjà l’impression que la machine infernale a commencé son sale boulot. Des résultats, rien que des résultats. L’enfant n’a aucune importance. Sauf s’il rentre dans les jolies cases qu’on lui propose.

    Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est pas tellement cela le problème. Je le vis de l’intérieur, je peux expliquer. Les enseignants sont enfermés dans des programmes et manquent de temps pour tout ! D’autre part de plus en plus d’enfants ont des TDAH (troubles de déficit de l’attention avec ou sans hyper activité) sans parler des dysfonctionnements genre dyslexie, dyspraxie, dysgraphie. Transmettre le savoir est devenu un leurre car ce que l’on enseignait en une semaine il y a vingt ans s’enseigne aujourd’hui en deux mois ! Ce n’est pas une blague. Tout est à revoir et force est de constater que les enfants ne sont pas adaptés au système scolaire actuel et inversement. On efface tout et on recommence ? La machine infernale ce sont les programmes pas les profs qui sont broyés avec !!L’enfant reste important mais on est démuni quand on voit l’enfant dormir sur sa chaise dès 9h du matin puis faire semblant d’écouter toute la journée avant de sombrer dans un bavardage incessant. Les parents devraient jeter un œil ils seraient effarés et ne reconnaîtraient pas leurs enfants ! Tous les profs aimeraient jeter les programmes et faire ce qu’ils veulent pour s’adapter à leur auditoire qui vient à l’école à reculons. Ils aimeraient ne plus avoir de pendules mais non ! L’EN est une fabrique de crétins comme l’a écrit Jean-Paul Brighelli dans son livre qui annonce la mort de l’école.

      Aimé par 1 personne

      1. Je vais bien croire qu’il y a un trop plein de programmes, de rythmes. Peut-être qu’il faut faire bouger les choses. Je ne sais pas.

        Si les enfants viennent à l’école à reculons, c’est qu’il y a un problème. Quel est-il? Les parents? L’éducation?
        L’école a t-elle changé à ce point?
        Qui se pose alors les questions? Qui cherche des solutions?

        Aimé par 1 personne

      2. Personne ne cherche de solutions au niveau national ! Par contre au niveau local, dans sa classe : tout le monde cherche ! Je viens de l’écrire, le problème ce sont les programmes obsolètes et obèses ! Depuis des lustres le Ministère se contente de diversions de réformettes puériles pour détourner l’attention. Les professeurs et les parents ne sont pas écoutés, les messages d’alerte non plus. Ce n’est pas du je-m’en-foutisme c’est une volonté délibérée de ne pas diriger un peuple cultivé car l’ignorance se manipule bien mieux que l’intelligence !! Quelqu’un qui sait réfléchir est-ce qu’il votera sans comprendre ? Est-ce qu’il votera pour un politicien qui s’en tape de son bien-être et du réel avenir de son pays et de la planète ? Tous les savoirs se perdent par pure démagogie et profit à court terme ! Savoir par exemple se soigner avec des plantes ruinerait les laboratoires donc interdit de développer ce savoir. Idem pour les soins parallèles. Proscrire le tabac éviterait des milliers de cancers oui mais cela perdrait le produit des taxes ! Etc Etc Rien n’est fait pour l’individu ou la collectivité ne soyons pas naïfs, tout est fait pour un statu quo, une apparence de paix sociale où les plus riches bénéficient des meilleures conditions et entendent bien garder leurs privilèges. Les présidents successifs ne font que passer au suivant une décadence contrôlée car ils ne désirent ni la révolution ni l’évolution. Nous sommes dans l’ère de la croissance négative !!

        J'aime

      3. Pas un suicide, une manipulation à grande échelle en préservant le pouvoir d’un faible nombre de personnes. Mais cela a toujours été. En évoquant ce thème, je ne dis rien de nouveau !! Cela fait depuis depuis Pompidou et sans aucune pause que l’on se trouve dans cette mouise capitaliste inhumaine. Regardons les sdf dans la rue bordel !! Pas de solutions ??

        J'aime

      4. Si ce n’est pas nouveau pourquoi restons-nous là à ne rien faire? Pourquoi cautionnons nous tout ça?
        Faut-il seulement des drames pour que les gens se révoltent? Ou bien le monde a si peu d’espoir qu’il reste là les bras ballants à attendre que ça se passe?

        J'aime

      5. Il faut lire ce que j’écris, la réponse s’y trouve !! Ce n’est pas parce que le problème est compris qu’il est résolu !! Voter pour un président qui ne bouge rien c’est cautionner cet état de fait, il faut donc demander des comptes aux électeurs de ces fantoches !

        J'aime

      6. Je ne sais pas si un gouvernement y changera quelque chose. Tout le monde y croit à chaque fois. Et rien ne se passe comme prévu.
        Et puis ça veut donc dire qu’à notre niveau, à part subir…

        J'aime

      7. A nouveau ma pensée n’est pas comprise. Je dis justement que le gouvernement ne veut pas modifier cet état de fait qui l’arrange ! Il ne veut pas que l’école fonctionne autrement !!!!!! Je ne dois pas savoir m’exprimer pour être aussi mal compris.

        J'aime

  2. L’école idéale existe, mais pas dans le public hélas : elle s’appelle Montessori! 😉
    Seule Céline Alvarez avait résussi à l’introduire dans une ZEP de l’école publique avec grand succès, elle en a fait un livre « les lois naturelles de l’enfant ». Hélas le projet sous un autre gouvernement n’a jamais été reconduit.
    Dans les écoles Nordiques, on se rapproche un peu de ce système « découverte ».
    J’en parlais par ailleurs à un proche d’enseignante en france qui m’expliquait que le problème est devenu la non disponibilité des parents qui – trop occupés (à mal) manager ou se faire ou mal manager délèguent auprès de nounous qui tombent dans la facilité de les mettre devant les écrans (d’où les TDAH , retards de language et j’en passe). Je pense que le mal est hélas collectif, de mon côté j’essaie donc d’être vigilante à ne pas tomber dans cette facilité et faire des choses utiles avec et pour mon enfant, de respecter son rythme et sommeil. J’ai de la chance de pouvoir aller les chercher, les aider dans leurs devoirs,… Mais que lorsque je travaillais dans une boite avec des managers débiles, il m’arrivait de rentrer tard, donc d’être tentée de ne pas respecter leur rythme biologique en les couchant plus tard pour en profiter – chose que je n’ai jamais faite. Aussi, ça me révolte de voir des parents qui organisent de longues journées pour leurs enfants avec plein de cours différents sous prétexte de bien être. C’est bcp trop lourd à assumer pour eux et pas cool.

    Aimé par 3 personnes

    1. Reporter la faute à l’autre est facile. Oui la société de consommation bousille les enfants avec l’aide des écrans et du tout facile. L’écoute et la réflexion sont détruites. Les nourrices n’y sont pour rien n’importe quoi ! La faute est collective et nous sommes tous complices d’un état qui se pourlèche les babines de ce bordel organisé ! Les profs ne font que limiter la casse ! Les programmes débiles ne font que creuser le mal.

      J'aime

      1. Je ne parle pas que des nourrices mais en tous cas, je suis consternée de voir de voir chaque semaine en salle d’attente d’orthophoniste qui héberge également des ORL pour enfants le comportement sauvages de ces derniers mais surtout le fait que nounous, grands parents et parents préfèrent les coller devant leur mobile que de leur proposer de dessiner sur la belle table prevue à cet effet ou lire avec eux / leur faire lire l’un des nombreux livres ou magazines disponibles sur la bibliotheque pourtant bien en évidence!! Je continue à dire que le probleme est collectif!

        Aimé par 1 personne

      2. Pourquoi les parents ne collent jamais leurs enfants devant des écrans ? Vous non peut-être mais moi j’en vois tous les jours des dizaines qui se couchent après 22h !! Le problème est collectif, les parents et profs sont aux premières lignes ! Mais certains tirent dans le dos !!

        J'aime

  3. Je ne crois pas que je serai parent un jour, mais je peux quand même me permettre un petit commentaire en tant qu’ex-enfant ^^…

    J’ai fait ma maternelle à l’école du quartier.
    Mais de la première années du primaire jusqu’au début de secondaire 2, je suis allé à cette école:
    http://face.csdm.ca/programmes/horaire/
    Au début de secondaire 2, j’ai décroché, pas seulement à cause de l’école, mais à cause de tout dans ma vie. Je n’allais pas bien du tout. Je voulais poursuivre mes études, mais de manière sérieuse et autonome. Je ne voulais plus à devoir me déplacer pour aller ‘étudier’. Mais à l’époque je venais d’avoir 14 ans, et depuis peu l’âge minimal pour pouvoir échapper à la prison (l’école) de manière acceptée par les « grandes » personnes était désormais fixée à 16 ans. Et bien sûr ces tapons-là veulent maintenant mettre l’école obligatoire à 18 ans. Et ensuite ce sera 21 ans, etc. C’est comme ça qu’ils pensent, qu’ils réfléchissent. Mais bon, puisque le bon peuple sage et légitime a voté, faut faire selon les petits caprices du bon people sage et légitime, parce que, démocratie!

    Quand j’ai été forcé (je me suis laissé faire pour rendre les choses plus faciles à mes parents) de retourner à l’école, c’était dans une école ‘ordinaire’, le genre d’école que la majorité des élèves du réseau publique fréquentaient. ET pour être franc, j’avais l’impression d’être revenu en maternelle. Pour moi, de me forcer à fréquenter un endroit où je voulais pas aller, et pour ‘apprendre des choses’ parce que c’était la ‘loi’, non désolé, je ne pouvais juste plus prendre ce système imbécile et profondément débile au sérieux. Pour moi désormais, je me guiderais principalement selon mes valeurs et mes convictions, ou bien pour éviter de me faire agresser inutilement (parce qu’ils sont bons, nos gentils gouvernement, et le Département de la Protection de la Jeunesse du Québec, pour se comporter comme des vrais suppôts de Satan!

    Alors, pour terminer mon commentaire, je crois que de standardiser n’importe quoi qui a rapport avec l’esprit, la conscience, l’intelligence (et pour moi tout cela fait partie du domaine de la spiritualité, mais évidement nos suppôts de Satan ils se fichent pas mal d’aider les enfants à développer la ‘spiritualité’) c’est un crime contre l’humanité, et qu’il en a toujours été ainsi!

    Chaque enfant est différent, chaque enfant doit être aimer. Quand des parents mettent les enfants dès leur plus jeune âges entre les mains d’étrangers, et ce même si c’est pour permettre aux parents de travailler de gagner des sous et de veiller au bien-Être matériel de toute la famille, moi par-contre je ne vois pas beaucoup d’amour là-dedans. Parce que le vrai amour implique de protéger les enfants contre le système lui-même, si le système devient un ogre ou un agresseur. Et vous conviendrez comme moi qu’on ne peut plus faire semblant que le système est gentil.

    Notre famille était très pauvre. Mais moi et mon frère nous avons fréquenté une école avec une bonne réputation. Il y avait un coût financier à pouvoir fréquenter cette école. Mais mon frère a changé d’école pour celle où j’étais allé en maternelle, après sa deuxième année. Il n’était pas capable de suivre le rythme, je ne sais pas trop.

    Quand je suis revenu dans le milieu carcérale du Secondaire, en 1996, c’est là que je me suis rendu compte que mon ancienne école n’était pas normale. Mais bon, on en apprend à tous les jours ^^.

    Aimé par 1 personne

    1. D’accord avec chaque mot !!! C’est exactement la situation, l’état veut des clones ! Des moutons qui pensent pas trop et selon ses préceptes. On peut néanmoins être scolaire et se fondre dans le système sans trop morfler et en restant un rebelle dans l’âme mais c’est rare. L’école est inadaptée au bonheur !

      J'aime

  4. Depuis 1956 à six ans, jusque 1970 vingt ans, j’ai adoré aller à l’école et y apprendre toute cette connaissance qui m’a construite. Mon frère n’aimait pas aller à l’école et heureusement qu’à cette époque la scolarité n’était obligatoire que jusqu’à quatorze ans, heureusement. La prolongation pour ce type d’adolescent de l’obligation scolaire a été une grande erreur. Nous sommes tous différents. Nous venions d’un milieu ouvrier et maman nous a beaucoup apporté au niveau culture à la maison. Ses connaissances personnelles qu’elle a apportées, papa un peu aussi.
    A cette époque, il y avait la discipline, les râleries pour y aller ou pas à l’école. Le programme scolaire en Belgique, sur lequel je n’ai strictement rien à redire pour la culture générale que j’ai reçue et qui m’a permise ensuite de tout utiliser pour augmenter ensuite en tant qu’autodidacte, tout ce qui m’avait été enseigné. Un sujet que j’aimerais bien aborder depuis longtemps. C’était en Belgique. Et en plus, à la maison nous parlions Néerlandais et Français.
    L’Enseignement est parti à reculons en France, et les parents semblent avoir les pleins pouvoirs dans les classes, ce qui est totalement aberrants alors que dans cet endroit c’est l’instituteur ou institutrice qui se doit d’être maître à bord. Beaucoup à développer. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. les parents brillent surtout par leur absence et leur cadre défaillant qui transforme leurs enfants en martyres impossibles à recevoir le savoir prodigué en classe, le nombre d’enfants « infirmes » augmente sans cesse !! Les parents ne sont pas les seuls coupables comme indiqué dans mes propos….

      Aimé par 1 personne

      1. Il y a des professeurs qui ne sont pas à la hauteur non plus 🙂 Je me souviens de mon professeur de Néerlandais dans l’équivalent de votre Collège 😉 Les seules cinquantes minutes où nous chahutions « grave » comme diraient les jeunes 😉 Je reviendrai lire.

        Aimé par 1 personne

      2. Je connais le sujet actuel, et très sincèrement, il y a de quoi sur le territoire Français où j’y habite depuis 2004. Je comprends ces renoncements de la part des personnes qui baissent les bras. La France un pays mal dirigé. Ce n’est pas le seul pays qui subit cette mauvaise gestion, et en tant que personne je n’aimerais pas du tout me trouver à l’Elysée. N’empêche que pour une question de fric, même dans ce domaine, les enfants ont la vie dure, les enseignants, les parents. Bref, toute une société. l’EN n’est pas du tout à la hauteur. Qui suis-je pour dire cela ? Je l’ignore. Je ne puis voir ou lire ce qui se passe chez les enfants scolarisés autour de moi, comme hier soir dans une salle d’attente chez le médecin. Où les parents sont si permissifs.

        Aimé par 1 personne

  5. En effet il y a tant à dire sur notre système éducatif ! Et vous avez raison, ce système est mis en place pour ne pas faire des adultes trop intelligents, critiques, et pour le profit des puissants. J’ai été effarée pendant toute la scolarité de mes enfants, par ce système qui gomme toute individualité, qui mets en avant le « moins pire » plutôt que le meilleur.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s