Parents démissionnaires

En France, l’instruction est gratuite et obligatoire pour tous les enfants, français et étrangers, à partir de 6 ans et jusqu’à l’âge de 16 ans révolus. Chaque année, plus de 12 millions d’élèves s’instruisent ainsi sur les bancs des 63 600 établissements publics ou privés du pays.
En cas d’absentéisme répété ou prolongé d’un élève, les parents s’exposent à des sanctions. Pour les cas les plus extrêmes, le code pénal prévoit jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende , si les parents compromettent « la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation » de l’enfant.

ob_344153_parents-indignes-rireenboite-com-040
Tout ce ci est très bien. Mais que fait-on des enfants qui viennent en classe mais qui sont incapables de suivre en classe, qui se couchent à pas d’heure, qui sont livrés à eux-mêmes, qui mangent n’importent quoi, qui regardent n’importe quoi, qui s’endorment avec un écran et se réveillent avec un écran ? Ils sont majoritaires dans les classes les enfants présentant des pathologies diverses et variées, des difficultés d’écoute, des problèmes de comportement et dans bien des cas c’est l’absence de cadre à la maison qui en est la cause !!

phpnQb6KH

L’enseignant est un éducateur, le principal restant à la charge des parents. Si les bonnes attitudes ne sont pas transmises ou pire sont remises en question dans le noyau familial, l’enfant ne pourra comprendre deux règles brouillées, il grandira en accord avec la seule règle des parents.

Cessons de verser des allocations familiales à des gens qui sont tout sauf des parents ! Ces prestations ne sont pas de l’argent de poche : elles sont destinées à l’éducation de l’enfant ! Il arrive encore que des parents auxquels on a enlevé leurs enfants pour différentes raisons (mauvais traitements, privations d’aliments…) continuent de percevoir les allocations familiales !!

  • En 2014, 56,2 milliards d’euros de prestations en direction des familles. La majeure partie de cette somme (83%) finance des aides directes en faveur des familles : prestations petite enfance, dont principalement la prestation d’accueil du jeune enfant ; aides au logement en faveur des familles ; autres aides directes, dont allocations familiales, allocation de rentrée scolaire… Les 17% restants sont consacrés aux avantages vieillesse pour les familles  : assurance vieillesse des parents au foyer, majoration de pension pour les personnes ayant élevé trois enfants et plus…

58995-parents_indignes

C’est difficile déjà de bien éduquer un enfant lorsque les deux parents vivent en harmonie alors imaginez quand ce n’est pas le cas…. le résultat à l’école ! Les réunions de parents ne voient que les convaincus qui font ce qu’ils peuvent. Les absents sont ceux qui savent à peine qu’ils ont des enfants, qui s’en occupent de façon destructive. Je ne parle pas des parents dans la maladie ou le drame social. Je parle de ceux qui ne sont pas armés pour éduquer leurs enfants et qui refusent toute aide dans ce sens ! Ceux qui confient leurs enfants à l’école comme on confie son chien au chenil. Ce sont eux qu’il faut rencontrer puis inscrire à des écoles de parents !

6118515_1_1000x625

Absence aux réunion sans motif ? Paf 100€ en moins d’alloc ! En surveillant que cette somme ne soit pas retirée sur la nourriture ou le soin de l’enfant. S’ils continuent de déléguer leur rôle de parents ou de l’ignorer alors touchons-les là où ça fait mal : au porte-monnaie ! Faire un dossier pour la CAF, le porter à l’agence, attendre deux heures leur tour… ça ils savent faire !

La suspension des prestations familiales n’est pas une nouveauté. C’est un serpent de mer législatif qui apparaît puis disparaît au fil du temps et des changements de majorité politique. Mentionnons « le contrat de responsabilité parentale » (art. L 222-4-1 du code de l’action sociale et des familles) qui permet au président de chaque conseil général lorsqu’il constate que les obligations incombant aux parents ou au représentant légal du mineur n’ont pas été respectées de demander au directeur de l’organisme débiteur des prestations familiales la suspension du versement de tout ou partie des prestations afférentes à l’enfant. Il semblerait que cette disposition ne soit que très peu voire jamais appliquée par les départements car elle est très polémique et le gouvernement passé, actuel n’ont pas de couilles. 

Publicités

9 commentaires

  1. Il y a des petits bugs qui font apparaître des paragraphes deux fois.
    La question de la parentalité est en effet très épineuse. Si vous venez en plus ajouter les allocations par dessus ! Ceci dit, je ne suis pas sûre que les plus gros soucis de négligence parentale (car c’est ce dont vous parlez je crois) proviennent des familles dont les parents perçoivent des allocations familiales. De plus, il faudrait voir pour quelle (s) raison (s) les enfants sont négligés, ou encore pourquoi les parents sont démissionnaires. Ce sont des sujets beaucoup trop complexes pour être traités aussi rapidement. Qu’est-ce qui vous a inspiré ce sujet ?

    J'aime

    1. Merci pour le bug. Je ne connais pas de parents qui pourraient toucher des allocs et ne les réclament pas. L’inspiration vient du mal à faire mon travail en raison de parents qui ne cadrent pas leurs enfants et les laissent pousser à l’aveuglette.

      Aimé par 1 personne

      1. Je suis d’accord sur le fait qu’un trop grand nombre d’attentes pèsent sur l’école aujourd’hui, elle est censée faire le travail d’éducation et d’enseignement, transmission des connaissances. Peut-être le problème vient-il de l’intitulé même du ministère porteur de ce service public. Peut-être que recentrer sur « instruction » remettrait les pendules à l’heure. Et dire que toutes les réformes successives vont encore dans le sens de cette idée que l’école doit tout faire, avec l’école obligatoire à 3 ans, ça risque encore plus d’être la garderie. Cette accumulation des attentes portées sur l’école fait partie des raisons qui ont fait que je m’en suis détournée dans mon choix de carrière. Il faut du courage de nos jours pour être enseignant.

        J'aime

      2. Il faut du courage ou de l’inconscience !! Peu importe le nom : éducation, instruction, élevage, garderie…. pour enseigner il faut un public attentif et motivé. S’il ne l’est pas donc voilà les profs obligés de faire du social et de l’assistanat donc sortir de leur fonction….

        J'aime

  2. Absolument d’accord à 100% sur ce que tu dis de ces parents que je juge irresponsable, des parents qui ont choisi, semble-t-il d’avoir des enfants par égoïsme et qui ont abandonné leur rôle de parents dès que ces enfants les ont dérangés dans leur petite vie.
    De fait, ils se servent de l’école comme de dépôt pour leur enfants et laissent les instituteurs éduquer leurs mômes à leur place.
    Les toucher au porte-monnaie ? Absolument, mais jusqu’à cette date aucun élu n’a osé voter une telle loi car ces parents sont des électeurs potentiels qu’il ne faut pas fâcher.
    Certes, des parents peuvent avoir à faire face à des problèmes et cela a des conséquences sur leurs façons de s’occuper de leurs mômes mais, dans ce cas, il existe des assistantes sociales qui peuvent les aider, les guider pour que l’enfant ne subisse pas un environnement destructeur.
    Car, en effet, être parent n’est pas un métier qui reçoit une formation. Devenir parent d’un nouveau(-né n’est pas inné et cela s’apprend sur le tas en s’aidant ds conseils de personnes qui ont une certaine expérience en matière parentale. En cas de doute, des nouveaux parents, s’ils rencontrent des problèmes avec un enfant quand il grandit peuvent faire appel à une assistante sociale qui saura les conseiller. A eux d’écouter cette assistante et de mettre en application ses conseils en pensant avant tout aux enfants et non à eux avant tout en se déchargeant sur des jeux électroniques, des écrans ou les instituteurs ou institutrices dès que l’enfant rentre à l’école..

    Aimé par 1 personne

    1. Non je ne parle pas des parents qui sont au bord du gouffre je parle des parents qui pourraient s’occuper de leurs enfants mais qui ne le font pas et qui en plus snobent la main qu’on leur tend, c’est une minorité mais elle existe ! Relisez mes propos.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s