L’écriture vient des tripes

La seule encre valable c’est la sincérité, la vérité des tripes, la lave authentique, le prurit qui sort sans ornements ! Confier à la plume ce que l’on n’ose dire à personne. Une avalanche de désirs irrépressibles, brut de pomme, un cidre intestinal qui vous brûle les boyaux avant de ressortir en pluie acide par les orbites et les cartilages. L’éruption oublieuse de soi qui finit sa traversée à voix basse sur un carnet d’amertumes où la nuit chasse les ombres.

Publicités

5 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s