Cartes Postales du Front

Sous forme de feuilletons, cette rubrique cache en fait la genèse d’un futur livre (une publication est prévue) qui sera constitué de lettres écrites spontanément sur ce blog. Un recueil d’aventures épistolaires entre deux personnes s’étant rencontrées l’espace d’une seconde en 1914 dans un hôtel. Leurs mots dépassent peut-être leurs pensées et leurs sentiments vont se décupler sous une forme lyrique et poétique pour atteindre des vertiges insoupçonnés. Charmés l’un et l’autre, ils veulent que ces moments délicieux deviennent une réalité amoureuse durable !
Cet amour est-il inaccessible ? On n’écrit jamais aussi bien dans l’attente, la mélancolie, le désir contrarié et j’ai bien connu les motivations des personnages. C’est du vécu, un transfert d’émotions plaquées dans une autre époque, avant-guerre, tout en transformant l’amour platonique en amour virtuel ce qui est plutôt représentatif de notre époque moderne. Je me laisse emporter par mes deux personnages sans savoir où ils m’emmènent. Ce manège va-t-il durer ? Le suspens reste entier à chaque lettre. 

cartes postales
L’écriture de ces feuilletons se déroule sur le mode du « work in progress ». C’est à dire un chantier d’écriture en cours qui tient compte de vos avis, de vos réactions, de la crédibilité de l’oeuvre future. Certains retours et rectifications peuvent être consentis ainsi Nathan Audigier-Pincemaille pour améliorer le style.
C’est volontairement lent pour couper avec cette société où tout va vite !! De nos jours on veut savoir la fin à peine l’histoire commencée ! Il y a un suspens qui tient en haleine : vont-ils se rencontrer, que se passera-t-il ? Déception ou non ? La fin de l’histoire va surprendre tous les lecteurs et fournir plusieurs messages. L’écriture et les attitudes ne sont pas contemporaines, les sentiments ont besoin de s’installer, de trouver leur écrin, c’est le sujet : tout est virtuel jusque l’acte d’amour entre les deux personnages ! Le réel est vide sinon occupé par ces lettres et ces pensées ! Ce n’est pas de la littérature d’action mais une étude sur ce qui passe dans la tête quand on rencontrer quelqu’un et qui plus sans voir cette personne. La lenteur de ce récit épistolaire écrit à contre-courant est en opposition volontaire avec la hâte à vouloir se rencontrer ! Cela ennuiera ceux qui aiment qu’il se passe quelque chose à chaque paragraphe (genre feel-good) et ravira ceux qui aiment la poésie romantique des sentiments. Chacun ses goûts et cette écriture particulière, sorte d’exercice de style) trouvera ses partisans.

« Une merveilleuse lettre qui est une déclaration d’amour enflammée,l’aveu d’une passion retenue par décence, celle d’une impatience qui st retenue avec force et celle d’un espoir illimité qui n’attend que le moment chargé de bonheur pour se concrétiser.
Cette lettre est une ode à la Femme, une ode à l’être aimé sans mesure, celle d’un homme qui change du tout au tout dans l’espoir de voir un jour le cœur de cette dame battre pour lui.
Quelle femme ne succomberait-elle pas devant une elle lettre ?
Quelle femme ne sentirait pas s’emballer son cœur au fur et à mesure qu’elle lirait ces lignes chargées d’émotions et de sentiments les plus beaux ?
Quelle femme pourrait rester insensible devant de tels mots, de telles tirades ?
Toute femme sensée ayant un cœur digne de ce nom ne pourrait qu’être curieuse de connaitre l’auteur de ces phrases et chercher à le connaitre, que son cœur soit pris ou non par un autre. »
Yann Trigwen
*****
Les mots coulent de la plume comme une chanson de geste sans fioritures, avec un ressenti de tant de retenues passionnelles. Si cette dame ne sait pas que cet homme veut l’épouser, elle devrait changer de lunettes !
Je viens de la relire une seconde fois pour le plaisir de la musique des sons. 
Brindille33
*****
J’ai pensé à Beaudelaire bien sûr
« Un éclair… puis la nuit! – Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité? »
Merci pour votre texte. Un vrai plaisir.
Kenza
*****
Je me fais la réflexion que ces échanges épistolaires pourraient être tout droit sorti d’une malle retrouvée dans le grenier d’un lointain ancêtre. J’aime bien te lire, même si j’ai un penchant pour une écriture plus contemporaine.
Zéa
*****
Une lecture riche, agréable, expressive et si belle de ses sentiments, de ses émotions. Merci pour cet instant de plaisir.
Les Belles Sources
*****
Je ne suis pas ton feuilleton.
Il est intéressant, mais l’écriture y est trop … difficile à décrire sans être méchante avec moi-même.
Disons que ma capacité de concentration à lire un texte de cette qualité est loin derrière moi.
Quand il y a trop de fautes la plus part des gens décrochent. Eh bien moi c’est pareil quand c’est trop bien écrit.
Ton texte est trop « littéraire » (je ne suis pas sûr que cela se dise) pour moi. Je décroche. Ce qui est dommage pour moi connaissant la qualité de tes textes.
Là je botte en touche.
Gigivitsavie
*****
Le genre d’amour courtois qui attise le désir bien plus assurément que de montrer ses trésors sans autre forme de pudeur. J’apprécie vraiment beaucoup. Elle écrit bougrement bien également cette Clara et j’aime son caractère forgé aux déceptions ou désillusions.
Michèle, L’œil Buissonnier.
*****
J’aime l’écriture de votre feuilleton qui me plonge à la belle époque romantique…
Une magnifique plume tressée d’amour, de désir à distance, de tendresse, avec tous
ces petits détails qui m’offrent la précision du portrait de la belle convoitée…du lieu… J’ai savouré chaque mot et chaque phrase…Et que dire de l’ensemble à ce jour sinon ; grâce, beauté, délicatesse et passion…etc. Tout est beau, et le mot est faible ; il m’arrive d’en manquer devant la perfection …!
Madeleine Lafrance
*****
Le style est splendide. Je crois que ces mots et ces sentiments manquent à notre époque.
On découvre un peu plus cette demoiselle mystérieuse et on attend la suite avec impatience. Saura t-il trouver les mots pour séduire son cœur fragile ?
Quelle déclaration, tout en douceur, qui invite à l’amour, à la confiance !
Les mots dessinent de bien jolies images. Les deux inconnus prennent vie sous nos yeux et nous espérons déjà le jour où leurs cœurs trouveront le chemin qui les mène l’un à l’autre. On se laisse bercer par cette mélodie qui nous emporte sur d’autres rives. On se sent bercé par la naissance des sentiments, on imagine l’attente exquise et douloureuse de la prochaine lettre. Celle-ci sonne comme une invitation, un pas vers l’autre, une porte ouverte…
« Du bout des doigts je sens votre âme qui glisse sur ma peau.  » C’est sublime…
Marie Kleber
*****
Publicités